Les mariages des enfants MARTIN

1- Adélaïde-Louise-Claire MARTIN (o v. 1720) et Antoine-Claude POURRET de PLANTY

Pierre MARTIN marie sa seconde fille vers 1740 à un inspecteur général des manufactures. Ils auront une nombreuse descendance, en particulier avec le célèbre Pierre de Coubertin :

  • Adélaïde Claire POURRE de PLANTY (1740-1764), épouse en 1759 de Edmé-Thomas SANDRIER, sgr de MAILLY (1736-1801), fils de Edmé-Thomas et de Catherine Gratien de Puy-Gaillard, dont :
    • Adélaïde-Jeanne-Geneviève SANDRIER de MAILLY (1762-1826), épouse de Louis-François FREDY de COUBERTIN (1752-1807), fils de Pierre et de Marie-Louise Chambault, dont :
      • Bonaventure-Julien FREDY, baron de COUBERTIN (1788-1871), agent consulaire, époux en 1821 de Caroline de Pardieu (1797-1887), dont :
        • Charles-Louis FREDY, baron de COUBERTIN (1822 -1908), artiste peintre, époux en 1846 de Marie-Marcelle Gigault de Crisenoy (1823-1907), dont :
          • Pierre FREDY, baron de COUBERTIN (o Paris 1.1.1863 + Genève 2.9.1937), inventeur des jeux-Olympique, époux à Paris le 11.3.1895 de Marie Rothan (o Francfort 21.12.1861 + Pullyen 6.5.1963), fille de Gustave et de Marie-Caroline Braun, dont 2 enfants sans postérités.

 

2- Marguerite MARTIN (o Paris 12.2.1724 + Landau 12.9.1749) et Antoine de LARMINAT

Pierre MARTIN était lié avec toute une série de personnalités familières de l’hôtel de Condé. Parmi elles, Louis Patiot, était alors commissaire ordinaire des guerres à Paris. Il suggère à son ami MARTIN un parti pour Marguerite en la personne d’un frère de sa belle-soeur Anne de Larminat qui avait épousé Jean-Baptiste PATIOT.

Le mariage a lieu à Paris le 12.2.1744. Les bans sont publiés à ND de Versailles le 9 février 1744 et le contrat de mariage est signé le 12.2.1744 à Paris en l’hôtel de Condé, devant M° Roger, notaire à Paris.

L’époux, est fils de Jean LARMINAT et d’Apolline Fourot.

L’hôtel de Condé, était situé aux 9 à 15 rue de Condé. Il avait été construit en 1580 par Jérôme de Gondi. Il devient la propriété des Princes de Condé en 1612. Mais Louis-Joseph, fils de Louis IV-Henri de BOURBON-CONDÉ, achète le Palais Bourbon en 1764 et l’hôtel familial. Louis XV fait raser l’hôtel de Condé pour y construire le théâtre de l’Odéon et ses alentours.

Le marquis de Sade y est né en 1740, sa mère était dame de compagnie de Charlotte de Hesse, femme de Louis IV-Henri de Bourbon-Condé.

Marguerite MARTIN décède en couches à Landau le 12.9.1749 après la naissance d’un jeune fils. Une querelle en résulte entre Pierre MARTIN et son gendre LARMINAT : lequel des deux devra avoir la tutelle du jeune orphelin ? Qui doit s'occuper de ses intérêts ? Faut-il faire un inventaire des biens de la jeune mère décédée ? Le grand père ignorait semble-t-il que par testament du 29.9.1744, Marguerite avait légué tous ses biens à son époux LARMINAT.

 

3- Thérèse-Sophie MARTIN et Mathieu-Louis Alexandre GEOFFROY de GOSMENIL

Pierre MARTIN marie sa quatrième fille avec un normand, né à Caen le 5.7.1723.

Mathieu-Louis Alexandre GEOFFROY de GOSMENIL était receveur des fermes de Caen, fils de François-Mathieu, contrôleur général des Postes de Normandie et de Bretagne, et de Jeanne-Marie-Madeleine Mauduit de Gomesnil (alias Gromesnil).

 

4- Pierre-Alexandre MARTIN et Henriette-Eugénie de la Bruyère de Clorcy

En 1751, Alexandre MARTIN est adjoint survivancier. Il ne s’est pas occupé de l’apothicairerie qui ne possédait pas de pharmacien. Il fait connaître, en décembre 1755, l’emploi de la mousse de Corse comme vermifuge. Il succède à son père comme Apothicaire du Roi et de la Reine en 1767. Il se voit adjoindre en 1783, Pierre-François Mitouart comme survivancier de son poste d’apothicaire du roi. Il est nommé administrateur de l’hôpital de Versailles de 1780 à 1788.

Il épouse devant M° Roger à Paris le 31.8.1751 Henriette-Eugénie de la Bruyère de Clorcy, fille de Pierre et de Henriette-Eugénie Boucher, dont une fille :

  • Mlle MARTIN (o v. 1751), femme de chambre de la reine en 1768 en remplacement de Mlle de Miromesnil, puis au service de Marie-Josèphe de Saxe, « Mme la Dauphine ».

 

5- Marie-Anne-Louise MARTIN (o v. 1717 + > 1744) et Alexandre LARRARD

Pierre MARTIN intervient pour que sa fille Marie-Anne-Louise MARTIN soit femme de chambre de la Reine. Elle se marie par contrat passé en l’hôtel de Condé à Paris des 13 et 18 décembre 1737 en présence de Leurs Altesses Mme et Mesdemoiselles de Bourbon, de Mgr le Prince de Condé, Mme la princesse de Condé, Mlle de Bourbon, et Mlle de Clermont, et avec l’agrément de la Reine.

Le mari est Alexandre LARRARD, dit de Larrard (alias de la Rure) (o Tonneins 16.11.1699 + Bordeaux 16.6.1760), gentilhomme de la grande vènerie du Roi, Conseiller-secrétaire du Roi demeurant en 1737 sur la paroisse de St-Eustache, fils de Alexandre, bourgeois et marchand à Tonneins, et de Marie Gouvois (alias Goumois).

Ils auront un fils : Alexandre-Jean-Marie de LARRARD, dit « Marquis de PUYGUILHEM » et baron de SAINT-BARTHELEMY, (o Paris 9.8.1744 + 1812), mousquetaire du roi à 16 ans, puis « lieutenant à pied » (assimilé à lieutenant-colonel d’infanterie), enseigne au régiment des Gardes-Françaises en 1778, SP .

Mais, les chroniques de l’époque semble indiquer que Marie-Anne-Louise MARTIN avait dû avoir une autre vie.


×

 

La Réunion Larminat 2017 : un déjà vieux et bien bon souvenir. En attendant la prochaine réunion, cliquez pour regarder toutes les photos.