Château du Vivier

Nous n'avons pas encore de dessin...
Vous pouvez envoyer une photo de cette maison
par mail à webmaster -@- larminat.com , ou par voie postale à :
Stanislas de Larminat
9, av Constant Coquelin
75007 PARIS

 

Le VIVIER, à 77-CHARTRETTES (près de Fontainebleau sur la rive droite de la seine en face de Bois le Roi).

Propriété successive de Jacques Bordier, conseiller au parlement (1636), Nicolas Porcher (1702), Jacques-Claude Goriot, sieur du Vivier et de la Pisseaudière, concierge de la duchesse de Beauvilliers en son hôtel de Fontainebleau (1721) 1, Bernard de Rieux, Nicolas La Pinte de Livry, écuyer, huissier de la chambre du Duc d'Orléans (1724), Charles-Martin de Gaullier, écuyer, lieutenant du grand Maître de l'artillerie à Metz, Garde-Marteau (le marteau marque les arbres à abattre) de la Maîtrise des Eaux et Forêts de Fontainebleau, directeur des canaux de Briare et du Loing (26.7.1731), Louis-René de Poullenc de St-Mars, grand vicaire d'Angers (1783), Jean-Nicolas Hautot, banquier à Paris qui achète pour 32600 livres (9.6.1784).

Le Vivier devient propriété de Pierre MARRIER de BOIS D'YVER vers les années 1810 jusqu'à 1840.

C'est là que naquit Pierre-Louis-Edouard (voir le trombinoscope) le 01.09.1811.
Le 9 avril 1814, Jean-Charles-Nicolas de LARMINAT (voir le trombinoscope) se plaint que "toutes les armées françaises qui n'ont pu déserter sont à Fontainebleau, sans autre chef que la férocité brutale qui leur a fait ravager la Beauce et la Champagne. Manquant de tout, les soldats se répandent dans les campagnes dont ils emmènent à main armée les vivres, l'argent et les effets de rechange : hier ils ont emmené, au château de la Rivière, à Thomery, 30 vaches de cousin François BOURSIER 2. J'espère que le Vivier 3 qui n'a eu que des Cosaques, aura moins souffert".

Les MARRIER avaient, au Vivier, un voisin célèbre, « Le cousin BUFFON ». Pierre-Jean-Victor MARRIER était-il cousin, par sa mère Agathe Leclerc, de BUFFON ? Le célèbre naturaliste, Georges-Louis LE CLERC, comte de BUFFON 4, était originaire de Bourgogne comme Agathe Leclerc. S'ils ne cousinaient pas, on peut penser qu'ils avaient motifs à rencontrer son fils. Deux raisons à cette hypothèse. Le jeune fils du naturaliste, Louis-Marie de Buffon avait en effet acheté le château des Terrasses à Chartrettes, tout près du Vivier. Par ailleurs, il était lieutenant de chasse à Fontainebleau et devait rencontrer à ce titre notre conservateur des forêts ou son gendre Larminat. S'il ne cousinait pas, les conversations devaient aller bon train quand au jeune Buffon dont la femme, la jeune comtesse de Cépoy qu'il avait épousé en 1784, à 20 ans, ne tarda pas à être la maîtresse du Duc d'Orléans, le futur Philippe Egalité. Celui-ci faisait mille excentricités pour la séduire, comme par exemple une chasse à cour en plein Paris pour lui offrir l'Hallali sous ses fenêtres... La duchesse d'Orléans finissait par considérer que cette situation était un gros progrès par rapport à la vie de débauche que menait son mari. C'est d'ailleurs à la suite de ces évènements que le jeune Buffon fût nommé lieutenant de chasse à Fontainebleau.

Le fief du Vivier se comportait d'une maison seigneuriale, colombier, maison bourgeoise, chapelle, pressoir, 10 arpents de terre, clos entouré de 6 arpents de vigne, garenne de 40 arpents, plusieurs pièces d'eaudroit de censives...

Le Vivier passe ensuite, vers 1840 à Joseph Longchampt, époux de Mlle Petit du Buisson, receveur particulier des finances, puis à M. Béchet, qui vend à Ephrussi, châtelain de Vaux le Pénil. Le projet d'y fonder un orphelinat n'ayant pas pu aboutir, le château fut démoli, suite à la loi d'imposition proportionnelle au nombre de fenêtres ! Vendu le 21.10.1922 (M° Aubergé à Melun) à Mme Tscherniakowsky, puis vers 1950 à Mme du Peu.

 


 

1 Jacques Goriot avait épousé une femme de chambre du Duc de Beauvilliers qui habitait l'hôtel qui deviendra l'hôtel Marrier de Chanteloup.

2 époux de Marie-Charlotte MARRIER de l'ISLE.

3 propriété de son beau-père.

4 chevalier, Sgr de Montbart et de Rougemont (o 21-Montbart 7.9.1707 + Paris 16.4.1788), Membre de l'Académie des Sciences et de l'Académie Française, intendant du Jardin des Plantes, célèbre naturaliste, x 1752 Marie-Françoise de St-Belain-Malain. Il était le fils de Benjamin-François LE CLERC de BUFFON (o 21-Montbart 1683 + 1775), conseiller du Roi, commissaire général des Maréchaussées de France, Conseiller au Parlement de Bourgogne, procureur du Roi au grenier à sel, x 1706 Anne-Christine MARLIN.

×

 

Découvrez un opuscule exceptionnel, intitulé « Villégiatures 1944 », et écrit par Edouard de LARMINAT (fils de Joseph et de Marie Le Saulnier de la Cour).